See ATTA's COVID-19 Guide for the Adventure Travel Industry
AdventureTravelNews

The Indigenous Tourism Association of Canada is Confused, Troubled and Disappointed With the Federal Budget

9 Minute Read

Version française ci-dessous

On April 19, 2021, the Deputy Prime Minister and Minister of Finance, the Honourable Chrystia Freeland, released Budget 2021: A Recovery Plan for Jobs, Growth, and Resilience, the Government of Canada’s plan to finish the fight against COVID-19 and ensure a robust economic recovery for all Canadians. Although the Indigenous Tourism Association of Canada (ITAC) is glad to see investments being made to Indigenous tourism, Indigenous people and their communities, and tourism in general, ITAC is extremely disappointed and confused with the amount dedicated directly to the Indigenous tourism sector given the harsh realities Indigenous tourism businesses are facing at this time.

“Right now, Indigenous tourism businesses are severely struggling and the industry is at risk of collapsing without significant funding,” says Keith Henry, President and CEO of ITAC. “Indigenous tourism is a key economic driver for many Indigenous communities in Canada and this federal budget has largely missed the mark for the Indigenous tourism industry leaving Indigenous tourism businesses behind. The federal government has consistently stated, including the finance minister yesterday, that there is no more important relationship than with Indigenous people so it is disappointing to see little direct support for the Indigenous tourism sector.”

“We have already lost so much,” says Henry. “Prior to Covid-19, the Indigenous tourism sector celebrated its most successful year to date in 2019, with 1,900 Indigenous tourism businesses, 40,000 Indigenous tourism employees and a contribution of $1.9B in revenue to Canada’s gross domestic product (GDP). Today, the economic effects of the pandemic have reached catastrophic levels, with many businesses forced to shut their doors permanently and as a result, only an estimated 1,000 Indigenous-led tourism businesses and 15,284 employees remain part of the industry. ”

The federal budget included support for Indigenous entrepreneurs, which among other items, included $2.4M to be allocated directly to ITAC. However, outlined in ITAC’s 2020-24 Strategic Recovery Plan with the goal to respond, recover and rebuild the Indigenous tourism industry across Canada to levels experienced in 2019 by 2024, ITAC needed $50M from 2020 to 2024. Furthermore, ITAC created a Second Wave Response strategy with a recommended investment of over $18M in emergency support to further stabilize the industry from more infrastructure and economic losses. The total combined ask was $68.3M and was made clear to federal partners, ministers and the federal finance committee. In 2019-20, ITAC operated a $20M budget fulfilling all obligations and is now being reduced to $2.4M, representing less than 3% of the original ask. Given these circumstances, ITAC will not be able to provide the programs it envisions for the recovery of the Indigenous tourism industry and is now worried about the risk of seeing a full collapse of the sector.

Despite this glaring oversight by the federal government to earmark direct funding through Indigenous-led solutions to sustain the Indigenous tourism sector, as the national entity representing the interests of Indigenous tourism businesses and protecting the future of the industry, ITAC will keep advocating for recognition as a separate entity within the tourism sector and fighting alongside its members to ensure their survival.

“Also absent from the budget was the recognition that Indigenous-developed, managed and led solutions are absolutely necessary to provide our community with easier access to programs outside of the traditional systematic bureaucracies,” said Henry. “Indigenous people and businesses simply do not fit into these systems and, therefore, historically have been unable to access support from federal programs. After demonstrating our ability to support our businesses through grants and marketing initiatives throughout 2020, we had hoped that the federal government would once again partner with us to administer directed support to our industry. We worked diligently with our industry partners to put together a plan toward recovery – which offered viable solutions and a timeline for bringing our industry back – but as of now, ITAC has not been engaged to resume our role nor do we have the funding necessary to bring this plan or any other programs to life at this point.”

In a detailed action plan to target the next stage in recovery and resiliency, ITAC developed 32 key objectives to rehabilitate the industry and provide much-needed direct support to its members – which increased to a record-breaking 977 members as of March 31, 2021, demonstrating the leadership and trust ITAC has within the industry – and to secure its network of provincial and territorial Indigenous tourism organizations as well as to stabilize ITAC’s national operations. With these objectives in place, ITAC had planned to allocate a $14M budget in this 2021-22 Action Plan to support this recovery through expedited initiatives spearheaded by an Indigenous-led and coordinated approach. These initiatives, designed to strengthen the development of the Indigenous tourism industry across Canada, include but are not limited to: business grants; domestic marketing campaigns; provincial and territorial support; research and sentiment analysis; as well as the implementation of a helpline for both mental health and business development support to access programs.

With an unprecedented amount of spending in the federal budget, the Indigenous tourism industry seems to be left behind. The Indigenous tourism sector needs a national, coordinated, Indigenous-led approach in order to respond, recover and build resiliency from the devastating impacts of the COVID-19 pandemic and this federal budget largely missed the mark for the Indigenous tourism industry in Canada. Indigenous people use tourism as a means to rediscover and share their culture with the world and this is yet another blow to preserving Indigenous languages, cultures and way of life. Indigenous tourism provides differentiation to Canadian experiences and this is a missed opportunity by the federal government to truly reconcile with Indigenous people and to highlight one of the most sought-after and in-demand experiences in the country.

L’Association touristique autochtone du Canada est perplexe, préoccupée et déçue par le budget fédéral dévoilé hier

Le 19 avril 2021, la vice-première ministre et ministre des finances, l’honorable Chrystia Freeland, a rendu public le budget 2021 : Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience, le plan du gouvernement du Canada pour terminer la lutte contre le COVID-19 et assurer une relance économique solide pour tous les Canadiens. Même si l’Association touristique autochtone du Canada (ATAC) reconnaît les investissements consacrés au tourisme autochtone, aux peuples autochtones et à leurs communautés, ainsi qu’au tourisme en général, l’ATAC est profondément préoccupée par les sommes minuscules consacrées directement au secteur touristique autochtone, dans le contexte actuel où les entreprises touristiques autochtones sont confrontées à de dures épreuves.

” À l’heure actuelle, les entreprises touristiques autochtones sont en sérieuses difficultés et l’industrie menace de s’effondrer sans financement significatif “, déclare Keith Henry, président-directeur général de l’ATAC. “Le tourisme autochtone constitue un moteur économique d’importance pour de nombreuses communautés autochtones au pays et ce budget fédéral a considérablement raté la cible en ce qui concerne l’industrie touristique autochtone, laissant les entrepreneurs du secteur pour compte. Le gouvernement fédéral a maintes fois affirmé, y compris la ministre des Finances encore hier, qu’il n’y a pas de relation plus importante que celle avec les peuples autochtones ; il est donc regrettable de constater le faible soutien direct au secteur touristique autochtone. ”

” Nous avons déjà tellement perdu “, déclare M. Henry. ” Avant la COVID-19, le secteur touristique autochtone célébrait en 2019, son année la plus prospère à ce jour, comptant 1 900 entreprises touristiques autochtones, 40 000 employés du secteur et une contribution de 1,9 milliard de dollars au produit intérieur brut (PIB) du Canada. Aujourd’hui, les répercussions économiques de la pandémie ont atteint des proportions catastrophiques, de nombreuses entreprises ont été contraintes de fermer définitivement leurs portes et, par conséquent, on estime qu’il ne reste plus que 1 000 entreprises touristiques dirigées par des autochtones et 15 284 employés au sein du secteur. ”

Le budget fédéral prévoit un soutien aux entrepreneurs autochtones, comprenant entre autres 2,4 millions de dollars alloués directement à l’ATAC. Cependant, dans le cadre duplan de relance stratégique 2020-24 de l’ATAC, dont l’objectif est de répondre, de rétablir et de relancer l’industrie touristique autochtone au Canada pour atteindre en 2024 les résultats de 2019, l’ATAC avait signifié un besoin de 50 millions de dollars entre 2020 et 2024. De plus, l’ATAC, a élaboré une stratégie de réponse à la deuxième vague avec un investissement recommandé de plus de 18 millions de dollars en aide d’urgence afin de stabiliser le secteur contre d’autres pertes économiques et d’infrastructure. La demande à l’intérieure du budget fédéral totalisait 68,3 M$ et a été exposée clairement aux partenaires fédéraux, aux ministres et au comité des finances fédéral. En 2019-20, l’ATAC disposait d’un budget de 20 millions de dollars pour remplir ses obligations et ce budget est maintenant réduit à 2,4 millions de dollars, soit moins de 3 % du montant initialement demandé. Compte tenu des circonstances, l’ATAC ne parviendra pas à fournir les programmes envisagés pour la relance de l’industrie touristique autochtone et s’inquiète désormais de voir le secteur complètement s’effondrer.

Malgré cette omission manifeste du gouvernement fédéral de prévoir un financement direct par le biais de solutions dirigées par les autochtones pour soutenir le secteur touristique autochtone, l’ATAC, à titre d’entité nationale défendant les intérêts des entreprises touristiques autochtones et protégeant l’avenir de l’industrie, poursuivra ses efforts pour faire reconnaître son statut en tant qu’entité distincte au sein du tourisme et luttera aux côtés de ses membres pour assurer leur survie.

“Le budget ne tient pas compte du fait que les solutions développées, administrées et mises en œuvre par les autochtones sont indispensables pour permettre à nos communautés de bénéficier d’un accès sans entraves aux programmes offerts en dehors des bureaucraties traditionnelles et systématiques”, a déclaré M. Henry. “Les peuples et les entreprises autochtones ne cadrent tout simplement pas dans ces structures et, par conséquent, ils ont toujours été privés de l’aide des programmes fédéraux. Après avoir fait la démonstration de notre capacité à soutenir nos entreprises par le biais de subventions et de projets marketing au cours de l’année 2020, nous avions espoir que le gouvernement fédéral collabore à nouveau avec nous afin d’administrer une aide directe à notre industrie. Nous avons travaillé avec diligence en collaboration avec nos partenaires de l’industrie pour mettre au point un plan de relance – qui offrait des solutions viables et un calendrier de relance de notre industrie – mais à ce jour, l’ATAC ne semble pas avoir été retenue pour jouer à nouveau son rôle et ne dispose pas du financement nécessaire pour concrétiser ce plan ou tout autre programme à ce jour.”

Dans un plan d’action détaillé destiné aux prochaines étapes de la relance et de la résilience, l’ATAC a défini 32 objectifs essentiels pour redresser le secteur et apporter un soutien direct et indispensable à ses membres – dont le nombre a atteint le chiffre record de 977 membres au 31 mars 2021, témoignant du leadership et de la confiance dont jouit l’ATAC au sein de son secteur – et pour sécuriser son réseau d’organisations touristiques autochtones provinciales et territoriales, ainsi que pour stabiliser les activités nationales de l’ATAC. Avec ces objectifs en place, l’ATAC prévoyait allouer un budget de 14 millions de dollars dans son plan d’action 2021-22 pour appuyer cette relance par des mesures accélérées dirigées et coordonnées par les autochtones. Ces mesures, visant à renforcer le développement de l’industrie touristique autochtone à travers le Canada, comportent, entre autres, des subventions aux entreprises, des campagnes marketing nationales, un soutien aux provinces et aux territoires, des études et des analyses de satisfaction, ainsi que la mise en place d’un service téléphonique d’aide à la santé mentale et de soutien au développement des entreprises pour faciliter l’accès aux programmes.

Avec un budget fédéral d’une ampleur sans précédent, l’industrie du touristique autochtone est apparemment laissée pour compte. Le secteur touristique autochtone requiert une stratégie nationale, coordonnée et dirigée par les autochtones afin de répondre, relancer et renforcer la résilience face aux impacts dévastateurs de la pandémie de la COVID-19 et ce budget fédéral a complètement raté la cible en ce qui concerne l’industrie touristique autochtone du pays. Les peuples autochtones utilisent le tourisme comme moyen pour redécouvrir et partager leurs cultures avec le monde entier et ce budget porte un autre coup à la sauvegarde des langues, des cultures et des modes de vie autochtones. Le tourisme autochtone distingue le Canada des autres pays et le gouvernement fédéral a raté l’occasion de se réconcilier véritablement avec les peuples autochtones et de mettre en valeur les expériences les plus populaires et les plus recherchées du pays.

Photo Credit: Logan Swayze; Business Name: Squamish Lil’wat Cultural Centre

Voices From The Field – ATTA is providing this space for the benefit of our members for building awareness within our community. The views and opinions expressed in this column are not necessarily ATTA’s, nor do we endorse them by their publication.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *