See ATTA's COVID-19 Guide for the Adventure Travel Industry
AdventureTravelNews

Entretien avec Terra group, sur la reprise post COVID-19 et le marché Français

4 Minute Read

Pierre Boyer, Co-fondateur et directeur commercial, Terra Group

Quelle reprise pour le tourisme?…

Quelles sont les tendances du marché francophone vers les destinations long-courrier par Terra Group?

Selon les tendances générales du secteur du voyage d’aventure, nous avons noté une reprise du tourisme suite à la baisse des cas de COVID et au relâchement des mesures sanitaires. Nous savons que traditionnellement les mois de Janvier à Mars sont essentiels pour assurer les réservations des mois d’été alors dites nous qu’en est-il chez Terra?

Pierre: Terra est un collectif de 16 réceptifs francophones du bout du monde avec une forte présence en Amérique Latine, Afrique du Sud, Australie, Canada mais aussi en Europe avec les Balkans et le Portugal.

Nous avons noté une reprise qui s’accélère depuis le début d’année, Janvier-Février 2022. En particulier le Mexique, le Costa Rica (facile d’accès, peu fermées pendant COVID, voyage facile…). Le Pérou et l’Argentine depuis Oct-Nov début de saison (avant Omicron) ont eu une belle saison. Concernant le Chili, c’est plus compliqué dû aux restrictions, complexité sur les combinés (moins de vols, passage frontières). Le Canada repart, et les Balkans ont très bien marché en 2021, grâce à la proximité européenne mais plus impactés aujourd’hui par la crise en Ukraine.

Y a t-il un changement significatif du comportement des voyageurs post-COVID dans leurs attentes et niveau d’exigences?

Pierre: Il n’y a pas de changement flagrant – le profil de nos voyageurs est naturellement ‘tous vaccinés’, issus d’un milieu professionnel qui a peu souffert de la crise, avec une augmentation du panier moyen – Après 2 ans de pandémie et un budget disponible plus élevé, nos clients sont prêts à faire un beau voyage.

L’impact économique de COVID varie selon le secteur, le pouvoir d’achat est conservé grâce à moins de dépenses durant la pandémie. Cela se ressent dans la clientèle, qui est déjà de haut niveau, avec un panier moyen élevé et qui renforce le budget vacances. 

Ils sont plus en recherche de meilleures conditions (hôtels haut de gamme, meilleures prestations…).  

Concernant les restrictions, ils se montrent conciliants, accommodants, compréhensifs face à la situation. Ils sont en général plus flexibles (port du masque imposé dans l’avion…) – 

Terra de son côté assouplit les conditions de vente, nous nous sommes montrés plus accommodants et avons rassuré les clients.

Quelles tendances avez-vous notées pour 2022 sur les voyages Terra?

Pierre: Nous avons beaucoup de réservations de dernière minute, et aussi un report de réservations post COVID. Les clients sont en général plus réactifs.

Durant la pandémie, vous avez modifié votre production et lancé de nouvelles collections thématiques, dans l’esprit d’un tourisme durable assurant un impact local plus positif, avec notamment des durées de séjours plus longues, hébergement chez l’habitant, suppression des vols domestiques remplacés par le train… Avez-vous constaté une demande plus forte pour ce type de voyage?

Pierre: Il est encore trop tôt pour avoir ce type de recul, c’est assez variable selon les destinations. 

Il n’y a pas d’aspirations écologiques immédiates – mais un beau voyage, prendre le temps.

Le prix du pétrole a un impact significatif sur le type de voyage (mode de transport, distances parcourues, augmentation du prix du billet d’avion…), les contraintes budgétaires affectent les habitudes de consommation.

Comment avez-vous géré la reprise en termes de ressources (personnel qualifié répondant à la demande)?

Pierre: Nous n’avons pas eu de soucis de ce côté là car nous bénéficions d’un excellent réseau, avec un personnel qualifié en mode ressources, flexible. Certaines agences ont pu garder leurs équipes, d’autres ont recours aux agents commerciaux, apporteurs d’affaires à la commission, une méthode plus agile dans un contexte économique encore incertain qui permet de recruter localement ou en mode télétravail et éviter les contraintes de  visa etc…

Ex: Pérou – recrutement local 

Sur le terrain, vos partenaires locaux (hébergements, transports, activités) sont-ils toujours en mesure d’accueillir cette nouvelle vague de voyageurs? 

Pierre: Nous avons des contrats de longue date avec nos opérateurs locaux, quelques-uns n’ont pas survécu mais la plupart sont présents et prêts (voire impatients) à accueillir nos clients. 

Qu’en est-il de l’Australie avec la réouverture des frontières?

Pierre: Nous avons reçu une augmentation des demandes, l’intérêt est là, mais pas encore de passage à l’acte de réservations, du fait de distance lointaine (+ la crise en Ukraine affectant les vols en direction de l’Asie et Océanie… itinéraires de vols plus longs) 

L’impact du carburant sur les vols est plutôt dissuasif sur long courriers, à l’exception de certains clients qui sont prêts à investir plus pour partir loin et déconnecter (ex: Argentine €1,400 pour 12h de vols)

Pour l’Australie nous notons aussi des report de réservations, billets déjà achetés qui ne peuvent augmenter (à part les vols domestiques dont le prix n’est pas garanti)

En dépit de la guerre en Ukraine, la demande de voyage est bien là. Fatalisme ou besoin de décompresser.

Merci Pierre pour le partage avec une reprise qui se confirme en dépit de la conjoncture actuelle. Espérons que cela continue et nous vous souhaitons bonne continuation avec une activité productive et positive.

Contributing members are responsible for the accuracy of content contributed to the Member News section of AdventureTravelNews.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *